Partez à la découverte de Saint Just-Sauvage

Cliquez sur la photo qui vous intéresse pour la découvrir en détails et obtenir l'historique associé
ou sur les liens ci dessous pour découvrir l'histoire de la commune.

L'histoire de Saint Just-Sauvage.

Quelques dates supplémentaires.

L'histoire du blason de la commune.

La construction et l'inauguration de la mairie.

L'origine du nom de votre rue.

Le portail français des vues aériennes.


  ©mairie St Just-Sauvage

La mairie à Saint Just

  ©mairie St Just-Sauvage

La mairie annexe à Sauvage

  © HBE

Partez à la découverte de l'église

 
 
©mairie St Just-Sauvage

L'église dans son intégralité

    ©mairie St Just-Sauvage

La chapelle à Sauvage

    ©mairie St Just-Sauvage

L'hommage aux victimes des 2 guerres

 
  ©mairie St Just-Sauvage

Le groupe scolaire

  ©mairie St Just-Sauvage

La MJC (Maison des Jeunes et de la Culture)

  ©mairie St Just-Sauvage

Le moulin de Sauvage

 
 
©mairie St Just-Sauvage

Le canal du moulin à "la Buche"

    ©mairie St Just-Sauvage

Le canal à Saint Just

    ©mairie St Just-Sauvage

L'ancienne écluse du canal

 
  ©mairie St Just-Sauvage

Une autre vue de l'écluse

  ©mairie St Just-Sauvage

Le plan d'eau

  ©mairie St Just-Sauvage

La déchetterie intercommunale

 
 

L'histoire de Saint Just-Sauvage.

 Saint Just-Sauvage se situe au Sud-Ouest du département de la Marne, en frontières avec celui de l'Aube, cette localité est composée de 2 agglomérations comptant 1420 habitants, elle est de ce fait la plus importante du canton d'Anglure.
 Il est fait diverses mentions de Saint Just dans les documents anciens, Saint Just en l'Angle, Saint Just en l'Aingle en 1313, Sanctus Justus In Angula en 1315, Saint Just en l'Angle en Champagne en 1365 (cartuaire de Macheret).
 l'histoire de ce village remonte vraisemblablement aux temps des Mérovingiens.
 Le fief de Saint Just fut jusqu'à la révolution, le plus puissant de la partie méridionale de la Brie Champenoise. Le vaste domaine des seigneurs de Saint Just s'étendait en effet de Plancy à Bethon.
 Au XV siècle, Jean de Salazar, conseiller de Charles VII fut seigneur de Saint just. Marié à Marguerite de La Trémoille, dame de Saint-Fargeau, il s'illustra aux côtés des rois de France comme le fera plus tard son fils Tristan. Il mourut à Troyes le 12 novembre 1479 et fut inhumé dans l'église de Macheret; son tombeau fut détruit sous la Révolution.
 Sous le règne du roi Hugues Capet est construit un château fort : il se compose de tours à bossages et est entouré d'un fossé. Un souterrain le relie soit-disant au prieuré de Macheret construit en 1168. Pendant la guerre de Cents-Ans, en 1462, les troupes anglaises incendient ce prieuré : il est aussitôt rebâti et devient abbaye en 1621.
 L'église date de la fin du XV siècle et du début du XVI siècle.
 En 1644 un incendie se déclare dans le bourg : l'église est en partie brûlée. Le clocher est reconstruit en 1659 et l'église complètement rebâtie en 1742. Les laboureurs du pays font volontairement le transport des matériaux destinés à la reconstruction depuis Sézanne, La Saulsotte, Chantemerle.
 Un nouvel incendie se déclare dans la nuit du 19 au 20 mai 1759 brûlant 20 maisons qui abritent 31 ménages réunissant plus de 100 personnes. Les habitants des villages voisins apportent leur secours en offrant du pain et du grain. Le roi Louis XV accorde 6000 livres pour faire rebâtir les maisons. Les incendiés sont exempts de payer la taille pendant 3 ans.
 En 1789 l'abbaye de Macheret est détruite.
 Après la révolution, le cimetière est transféré à son emplacement actuel. Le cimetière ancien devient le jardin du presbytère.
 Le 2 juin 1797, le Maréchal Brune, Maréchal d'Empire, acquiert le château et son domaine de 150 ha. La demeure est occupée par Blûcher au moment de la Campagne de France en 1814. Le Maréchal Brune est assassiné à Avignon le 2 août 1815. Un sépulture de fortune lui est donnée. Son corps est exhumé en 1817. Son épouse fait transférer ses ossements à Saint Just et les conserve dans une chambre du château jusqu'à sa mort le 1er janvier 1829. Elle est inhumée au cimetière de Saint Just avec les restes de son mari. Leur sépulture est concédée à perpétuité par décision du conseil municipal en date du 2 mars 1829. Un monument est érigé par un capitaine de la garde impériale. Ce monument existe toujours.
 Vers 1830 reprennent les travaux, commencés par les moines de Macheret, du canal de la Haute Marne. Les écluses sont construites en 1842 et modernisées en 1935 (remplacement des portes busquées par des portes à déplacement vertical actionnées à l'aide de moteurs électriques). Jusqu'à la deuxième guerre mondiale, le trafic est assez important : les péniches vont jusqu'à Troyes. Elles sont tirées par des ânes, des mulets mais les démarrages sont difficiles. Puis elles sont tirées par des chevaux et enfin des tracteurs. La première péniche passe en 1941, la dernière péniche en en 1964. Le canal n'est plus utilisé parce que les écluses situées entre Méry-sur-Seine et Troyes ont été endommagées lors des bombardements de 1944 et aussi parce que son enfoncement est insuffisant pour les péniches actuelles.
 En 1870, la ligne de chemin de fer reliant Romilly à Epernay est construite. Elle est à la source de nombreux conflits, notamment lors des inondations, certains prétendant que le remblai empêche l'écoulement normal des eaux. Le remblai est plusieurs fois menacé de destruction. Cette ligne est désaffectée depuis la destruction des ponts en juin 1940.


Quelques dates supplémentaires.

 En 1120, Les moines aidés par les serfs mis à leur disposition par le seigneur, creusent un canal "le canal des moulins", partant de la Seine à Clesles au lieu dit "le Perthuis", passant à Sauvage et actionnant les moulins de Clesles et Sauvage. Le canal rejoint la Seine dans les bois entre Sauvage et Marcilly.
 Sous Henri IV commença le creusement du canal de la Haute Seine.
 Sous Louis XIV, avec la construction des écluses, s'établit un petit port à proximité de la route qui mène de Saint Just à Anglure.
 En 1789, les moines de Macheret disparaissent, l'abbaye devient une ferme.
 En 1790, le village est incendié (seules quelques maisons sont épargnées). Les habitants reconstruises les maisons et le château qui pert un peu de son aspect féodal (plus de pont-levis, l'entrée se fait par une grille encore existante).
 Le 2 août 1815, Le Maréchal Brune est assassiné en Avignon. Peut après, sa veuve fait planter des tilleuls sur la place (les tilleuls du Maréchal Brune), sur le bord du chemin qui suit les fossés du château et sur la place de l'église.
 En 1885, la Guerre de Crimée. Sur une partie du domaine de Macheret se construit une ferme appelée "Sébastopol".
 En 1870, la bonneterie se développe.
 En 1880, l'école est construite à l'emplacement d'une mare comblée.
 La mairie actuelle est construite en 1904 à la place d'une halle.
 En 1914, Saint Just échappe de justesse à l'envahissement des armées du Kaiser.
 En 1920, Le vieux moulin de Sauvage cesse de fonctionner.
 1930 amorce le déclin de la bonneterie.
 Le château d'eau de St Just est construit en 1933.